marches

marches
Après les totalitarismes du siècle dernier, nous sommes entrés dans le totalitarisme monétaire mondial. Les gouvernements, les peuples surtout n'ont plus aucun pouvoir : ils sont contraints par "les marchés". Il est de bon ton depuis quelque temps parmi les "économistes patentés" de glorifier l'action "raisonnable" des marchés. Ceux-ci pourtant sévissent depuis des décennies, en se payant sur les citoyens, ce que n'ont jamais dénoncé les économistes. Qui peut croire que les marchés se conduisent en philanthropes ? C'est par leur main-mise sur la psychologie des élites qu'ils font leur gras. Au fait qui sont les marchés ? La réalité profonde est que, dernière les traders et autres financiers qui n'ont aucun pouvoir réel de décision, les marchés sont un réseau mondial d'ordinateurs qui ne sont plus contrôlés par des hommes. La crise actuelle révèle au moins une chose. Le peu de démocratie restant dans nos sociétés est laminé par un monstre inhumain. La démocratie est morte, pour la plus grande satisfaction des libéraux de tout bord.

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

Fil des commentaires de ce billet